vendredi 4 octobre 2013

MINE D'INFOS: MINE D'INFOS: Hit hebdomadaire du blog "Mine d'Inf...

MINE D'INFOS: MINE D'INFOS: Hit hebdomadaire du blog "Mine d'Inf...: MINE D'INFOS: Hit hebdomadaire du blog "Mine d'Infos" : Mine d'infos a franchi la barre des 105 017 visites...

C'est à lire : « Carnets secrets d’un ornithologue » de Robert-Daniel Etchécopar et Robert-Daniel Etchécopar


Aquarelles : Paul Barruel - Editions Larousse

L’observation des oiseaux dans la nature, même des plus petits, est un spectacle sans cesse renouvelé et toujours source d’émerveillement.

 

Cet album magnifiquement illustré de 125 aquarelles inédites de Paul Barruel propose à tous les amateurs d’ornithologie un voyage au pays des mésanges, fauvettes, pouillots… du monde entier, dont ils découvriront l’infinie variété.

En filigrane, le livre retrace la vie hors norme de Robert-Daniel Etchécopar, un ornithologue  passionné qui fit le tour du globe à la recherche de spécimens à une époque où le GPS, Internet et les recherches ADN n’étaient pas encore à la disposition des chercheurs.

 ● Tous les oiseaux présentés (et particulièrement l’inventaire des mésanges du monde) font l’objet d’une fiche d’observation de terrain, commentée et enrichie de textes originaux et d’archives personnelles et illustrée de dessins et de photos.

 ● On découvrira au fil des pages les secrets du métier d’ornithologue, les voyages à travers le monde, l’observation patiente des oiseaux, la naissance d’une véritable ornithologie scientifique moderne, mais aussi l’envers du décor du Muséum national d’histoire naturelle…

D’hier à aujourd’hui, la passion des oiseaux !

Robert-Daniel Etchécopar, docteur en droit, juriste et administrateur de plusieurs sociétés savantes, abandonna sa profession pour se consacrer entièrement à l’ornithologie au sein du Muséum national d’histoire naturelle. C’est par hasard qu’il y rencontra dans les années quarante Paul Barruel, un ingénieur prometteur, qui avait décidé de tout quitter pour devenir peintre. De leur amitié naquit une longue série d’aquarelles, réalisée de 1940 à 1975. Frédéric Jiguet, passionné par les oiseaux depuis son plus jeune âge, est Professeur au Muséum national d'Histoire naturelle de Paris. Directeur du Centre de Recherche sur la Biologie des Populations d’Oiseaux, il  coordonne les activités de baguage en France.

Un secret de Polichinelle dans les tiroirs de l’hôpital !

 


Bien coder pour être bien payé



Les départements d’information médicale (DIM) sont des services clés dans chaque hôpital. C’est là que les actes médicaux font l’objet d’un codage. Ces services traitant des données cruciales, et ultra confidentielles concernant les patients, sont ainsi dirigés par un médecin, seul habilité à accéder aux dossiers médicaux comportant des informations personnelles. C’est dans le DIM, sous la responsabilité du médecin, que doivent d’une part être rendus anonymes les dossiers des patients et d’autre part codées les consultations et les interventions chirurgicales qui permettent à l’hôpital de recevoir ses financements.


Mais pour optimiser le codage, c’est à dire faire la chasse aux actes qui ont été « oubliés » (et donc pas payés), certains hôpitaux, comme celui de Saint-Malo, font appel à des sociétés privées. Ainsi, pour cet hôpital, la société Altao a étudié, de décembre 2012 à août 2013, pas moins de 1 500 dossiers permettant à cet hôpital un gain de 2 millions d’euros.



Des infractions aux secrets de la vie privée



La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a délivré des autorisations à ces sociétés pour qu’elles puissent consulter ce que l’on appelle les « résumés de séjour », sans le nom des patients. Mais la tentation, ou la facilité, d’aller consulter les dossiers sur place, l’a emporté sur la force des principes, de sorte que les sociétés intervenant pour le compte des hôpitaux, Altao et bien d’autres, accèdent en routine à des données nominatives à l’insu des patients : selon des sources syndicales, 15 000 dossiers auraient été visités dans 150 hôpitaux en France.


Ce faisant, les sociétés privées et les hôpitaux complices commettent une triple infraction :



· la violation du consentement du patient au traitement et, peut-être à l’hébergement, de ses données de santé ;
· la violation du droit à la confidentialité des données de santé ;
· la violation des autorisations données par la CNIL.




Quelques questions




· La sous-traitance du codage va-t-elle dans le sens de l’intérêt collectif ou aboutit-elle à des surfacturations à l’Assurance maladie ? On aimerait le savoir.





· Les organismes de tutelle et de régulation sont-ils aux abonnés absents ? Tout cela est bien connu des responsables publics puisque des médecins responsables de DIM l’ont publiquement dénoncé. La CNIL a également fait l’objet d’une saisine. Et l’on en parle dans les couloirs de l’Assemblée nationale, comme le 23 mars dernier lors d’un débat public sur les données de santé. Aucune réaction. Silence, on décode…





· Quelle confiance accorder à un régime des consentements à la collecte, au traitement et à l’hébergement des données de santé de plus en plus illisible pour le patient et dont le cadre réglementaire n’est pas respecté par les acteurs concernés, ni défendu par les autorités chargées de vérifier son application ?





Pour l’accès aux données anonymes, de beaux esprits se crispent et s’opposent même à l’Open data…

Pour les données nominatives, on aimerait autant de fougue, d’impétuosité, et surtout que chacun fasse son travail. Car pour tout dire, on n’avait pas prévu que nos secrets médicaux seraient gardés par des intérêts privés. Inacceptable !




 

__________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________





ADMD - AFD - AFH - AFM - AFPric - AFVS - AIDES - Alliance du Cœur - Alliance Maladies Rares - ANDAR

APF - Autisme France - AVIAM - Epilepsie France - Familles Rurales - FFAAIR - FNAIR - FNAPSY - FNAR - FNATH - France Alzheimer

France Parkinson - FSF - Générations Mouvement - La CSF - Le LIEN - Ligue Contre le Cancer - Médecins du Monde

SOS Hépatites - Transhépate - UAFLMV - UNAF - UNAFAM - UNAFTC - UNAPEI - UNISEP - UNRPA - Vaincre la Mucoviscidose - VMEH



Lancement de la campagne de sensibilisation « Chaque vaccination est une petite victoire dans le combat de certaines maladies graves»


Paris, septembre 2013 – Pfizer lance une campagne nationale de sensibilisation sur la vaccination intitulée « Chaque vaccination est une petite victoire dans le combat de certaines maladies graves*». Cette campagne vise à sensibiliser le grand public à l’importance de cet acte de vaccination qui peut paraître banal mais qui permet à chacun de se protéger de certaines maladies graves. Par le biais de messages forts et d’outils digitaux innovants, Pfizer signe son engagement de longue date dans la vaccination.

 

La vaccination, ça nous concerne tous !

Les maladies infectieuses étaient, il y a peu de temps encore, la principale cause de décès à travers le monde, même dans les pays les plus développés.

Aujourd’hui, la vaccination peut prévenir près de trente maladies infectieuses différentes et constitue la meilleure prévention contre ces maladies contagieuses, graves ou mortelles. En France cependant, les couvertures vaccinales sont généralement inférieures aux objectifs fixés par les autorités de santé pour contrôler - voire éliminer - ces maladies. Et ce notamment, en raison de taux de rappel et de couverture vaccinale insuffisant.  « Informer le public que la vaccination est un acte réfléchi et essentiel me semble pertinent en cette rentrée », précise le Pr Joël Gaudelus, Chef de Service de Pédiatrie à l’Hôpital Jean Verdier de Bondy. « Nous devons lutter contre la baisse de la vigilance des Français qui provoquerait une recrudescence de maladies susceptibles d’être éliminées. »

Nouveau Site L'ADAPT


Depuis 80 ans, L'ADAPT, Association pour l'insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées, accompagne au quotidien les personnes handicapées dans la définition et la réalisation de leur projet de vie.

Elle améliore aujourd'hui son site Web www.ladapt.net pour une accessibilité et une utilisation optimales.
En complément de ce site, 2 blogs www.jeunes.ladapt.net et www.lesengages.com permettent à L'ADAPT de fédérer une communauté d'Engagés autour du handicap et de leur offrir un espace d'expression et d'échanges.

Agenda Santé : conférences au programme d'octobre

ous vous invitons à découvrir en pièce jointe l’Agenda Santé de l’Espace Information et Prévention Santé MGEN du mois d’octobre 2013.


Les ateliers et conférences proposés sont, comme toujours, gratuits mais sur inscription obligatoire, par téléphone ou par mail (nombre de places limité).

Si vous vous inscrivez par mail, merci de nous communiquer également un numéro de téléphone où vous joindre facilement en cas de souci de dernière minute.


Espérant que ce programme réponde à vos attentes, nous vous accueillerons avec plaisir dans nos locaux du 51 boulevard Saint-Michel, embellis durant l’été pour vous offrir encore plus de services et de convivialité !

Consultez également notre site Internet : www.preventionsante-mgen.fr

Samedi 5 octobre : 11ème journée nationale de l’apnée du sommeil

 

A Rueil Malmaison

Organisée à l’initiative de la Fédération Française des Associations et Amicales des malades, Insuffisants ou Handicapés Respiratoires (FFAIR), la 11ème journée nationale de l’apnée du sommeil se veut une journée de sensibilisation et d’écoute sur cette maladie peu connue et dépistée qui toucherait pourtant 5 millions de Français.


Veuillez trouver ci-joint le communiqué de presse relatif à la 11ème journée nationale de l'apnée du sommeil. N'hésitez pas à revenir vers nous pour toute information.


Samedi 5 octobre : 11ème journée nationale de l’apnée du sommeil

A Rueil Malmaison

Organisée à l’initiative de la Fédération Française des Associations et Amicales des malades, Insuffisants ou Handicapés Respiratoires (FFAIR), la 11ème journée nationale de l’apnée du sommeil se veut une journée de sensibilisation et d’écoute sur cette maladie peu connue et dépistée qui toucherait pourtant 5 millions de Français.

Apnée du sommeil ? Qu’est ce que c’est ?



L’apnée du sommeil est un des troubles du sommeil le plus courant avec près de 5 millions de Français touchés. Elle se caractérise par un arrêt respiratoire, pouvant aller à 45 secondes, plusieurs fois par heure. Mis à part les conséquences dues au manque d’oxygénation, l’apnée du sommeil induit aussi des conséquences, parfois très lourde, sur le sommeil en tant que tel et donc sur la vie quotidienne.

Empêchant la personne d’atteindre un sommeil réparateur, celle-ci se lèvera avec la sensation de ne pas avoir dormi et pourra être victime de somnolence et/ou de baisse d’attention. Le risque de nombreuses maladies est accru chez les apnéiques : cancer, hypertension, accidents vasculaires cérébraux…

Dépistage et prise en charge au rendez vous



L’apnée du sommeil représente, aujourd’hui, un coût important pour la sécurité sociale malgré le faible nombre de personnes dépistées et prises en charge. En effet, les traitements traditionnels ont un coût d’environ 1000-1500 € par an et par patient. De nouveaux traitements sont donc régulièrement mis en place et feront l’objet de conférences lors de cette journée.

Organisée depuis de nombreuses années, la journée nationale de l’apnée du sommeil est devenue un rendez vous pour alerter, informer et partager autour de l’apnée du sommeil. Mal méconnu et pourtant insidieux, l’apnée du sommeil toucherait entre 3 et 5% de la population française dont une grande majorité ne serait pas dépistée et donc pas traitée.

La FFAIR, née de ce constat et du manque d’accompagnement des apnéiques, souhaite mettre en évidence les différents problèmes rencontrés par les apnéiques et leurs proches lors d’une journée de sensibilisation et d’information en compagnie d’autres malades, de professionnels de santé et de représentants d’association.

Cette journée aura lieu le samedi 5 octobre 2013 à l’Hotel de Ville, Salon Richelieu à Rueil Malmaison.

Pour plus d’information ou pour s’inscrire : http://www.apneedusommeil.net/?p=960





A propos d'Oniris


Créée en 2011 suite aux travaux du Docteur Vincent, Oniris, start-up familiale, met au point, fabrique et commercialise des Orthèse d’Avancée Mandibulaire (OAM), made in France. Alors que les traitements existants étaient jusqu’alors très chers ou très contraignant, l’orthèse Oniris a été créée afin d’apporter une solution simple, économique et efficace aux problématiques liées au ronflement et à l’apnée du sommeil. Elle a fait l’objet d’une étude clinique validant ses bénéfices, de plusieurs brevets et reçoit le soutien d’un comité scientifique regroupant plusieurs grands spécialistes. Déjà 10 000 patients l’ont adoptée !

Oniris est accompagnée par OSeo, en tant que Jeune Entreprise Innovante.

Chiffres clés :


Un chiffre d’affaires de 1 million d’euros en 2013 (prévision)
10 000 patients ont adoptés l’orthèse Oniris.
Depuis janvier 2013, déjà 7500 orthèses Oniris ont été vendues. Oniris devient ainsi le premier fabricant d’orthèse en France (Avant l’arrivée d’Oniris sur le marché, seul 5 000 patients étaient traités par an avec des orthèses de laboratoire)
Déjà disponible sur commande dans 20 000 pharmacies
24 salariés

Vendredi 11 octobre : journée mondiale des soins palliatifs - L’hôpital Bichat – Claude-Bernard se mobilise

Soulager les douleurs physiques et les autres symptômes, mais aussi prendre en compte la souffrance psychique, sociale et spirituelle ; tels sont les objectifs des soins palliatifs afin de préserver une meilleure qualité de vie possible du malade et de son entourage.

Cette prise en charge globale est délivrée par un ensemble de professionnels : équipes hospitalières, hospitalisation à domicile, associations… Dans le cadre de la journée mondiale des soins palliatifs, venez à leur rencontre vendredi 11 octobre 2013 à l’hôpital Bichat – Claude-Bernard.

Autour de stands d’information et d’ateliers pratiques, les équipes seront à votre disposition pour répondre à toutes vos questions. Une conférence sur le thème « Mourir ici quand on vient d’ailleurs », animée par Fatiha Ayogil, psychologue de l’association URACA, et ponctuée d’intermèdes dansés par la Compagnie ACM Ballet, se tiendra dans le hall de l’hôpital à 13h.

Rendez-vous le 11 octobre 2013 de 11h à 16h30, hall de l’hôpital Bichat – Claude-Bernard, 46, rue Henri Huchard, 75018 Paris
Organisé par l’équipe d’accompagnement et de soins palliatifs de Bichat
Plus d’informations : aude-marie.olette@bch.aphp.fr ou 01 40 25 61 61

Concertation sur les salaires des sages-femmes dans la fonction Publique Hospitalière


Les sages-femmes, à l’initiative de l’intersyndicale CGT, FO, UNSA, UNSSF se sont mobilisées le 22 Mai 2013. Elles souhaitaient attirer l’attention des pouvoirs publics sur leurs conditions de travail, leur formation initiale, leur positionnement, leur champ de compétences et sur leur rémunération.

Dans une lettre commune mi-septembre, l'intersyndicale a de nouveau sollicité une entrevue.

Le Ministère invite les organisations syndicales de salariés à une concertation sur les salaires des sages-femmes de la Fonction Publique Hospitalière, le 13 novembre 2013.

Les syndicats, au cours de ces discussions souhaitent faire ouvrir un travail sur le rôle de la sage-femme dans l’organisation des soins en périnatalité et sa place de premier recours.

Reconnaissance de la profession, évolution du statut particulier de la sage-femme, salaires.

L’UNSSF a déjà déposé ses propositions au Ministère :

- La création d’une filière maïeutique au sein de la FPH,
- La création de services d’obstétrique physiologique gérés par les sages-femmes,
- Le réaménagement du statut particulier de la sage-femme hospitalière.

Depuis 2010, nous travaillons avec les centrales syndicales pour faire passer nos convictions.

MINE D'INFOS: La Matmut ouvre un centre de santé en plein Paris

MINE D'INFOS: La Matmut ouvre un centre de santé en plein Paris: Santé : La Matmut ouvre un centre de santé dans Paris News Assurances Pro Pour l'occasion, Daniel Havis, PDG du groupe Matmut ...

MINE D'INFOS: La Matmut ouvre un centre de santé en plein Paris

MINE D'INFOS: La Matmut ouvre un centre de santé en plein Paris: Santé : La Matmut ouvre un centre de santé dans Paris News Assurances Pro Pour l'occasion, Daniel Havis, PDG du groupe Matmut ...

MINE D'INFOS: La Matmut ouvre un centre de santé en plein Paris

MINE D'INFOS: La Matmut ouvre un centre de santé en plein Paris: Santé : La Matmut ouvre un centre de santé dans Paris News Assurances Pro Pour l'occasion, Daniel Havis, PDG du groupe Matmut ...

MINE D'INFOS: MGEFI : La qualité du service à l'adhérent certifi...

MINE D'INFOS: MGEFI : La qualité du service à l'adhérent certifi...:   En savoir plus sur la MGEFI www.mgefi.fr

MINE D'INFOS: La Matmut ouvre un centre de santé en plein Paris

MINE D'INFOS: La Matmut ouvre un centre de santé en plein Paris: Santé : La Matmut ouvre un centre de santé dans Paris News Assurances Pro Pour l'occasion, Daniel Havis, PDG du groupe Matmut ...

MINE D'INFOS: Campagne TV Corem

MINE D'INFOS: Campagne TV Corem: Le Corem revient à la télé cet automne.   La campagne Corem démarrera le vendredi 18 octobre et se terminera le 11 novembre. Les s...

MINE D'INFOS: Contrat d'accès aux soins

MINE D'INFOS: Contrat d'accès aux soins: La Mutualité Française, signataire de l’avenant n°8 à la convention médicale au sein de l’Unocam, se félicite que l'objectif de 33% ...

MINE D'INFOS: C'est à lire : LA PREMIERE COLLECTION DE 10 CONTES...

MINE D'INFOS: C'est à lire : LA PREMIERE COLLECTION DE 10 CONTES...: Découvrez le premier Episode de la collection   des Contes de la petite Boutique de la rue d’en face !   LA SORCIÈRE DE LA RENTRÉ...

MINE D'INFOS: C'est à lire : LA PREMIERE COLLECTION DE 10 CONTES...

MINE D'INFOS: C'est à lire : LA PREMIERE COLLECTION DE 10 CONTES...: Découvrez le premier Episode de la collection   des Contes de la petite Boutique de la rue d’en face !   LA SORCIÈRE DE LA RENTRÉ...

MINE D'INFOS: Hit hebdomadaire du blog "Mine d'Infos"

MINE D'INFOS: Hit hebdomadaire du blog "Mine d'Infos": Mine d'infos a franchi la barre des 105 017 visites aujourd'hui   HIT DES PAGES LES PLUS LUES DE LA SEMAINE: ...

Hit hebdomadaire du blog "Mine d'Infos"


Mine d'infos a franchi la barre des



105 017

visites aujourd'hui

 

HIT DES PAGES LES PLUS LUES DE LA SEMAINE:

 









 

Si vous aussi êtes sur twitter, je vous propose de rester en contact sur la toile : @pressentinelle2

 

En dehors des infos santé/ protection sociale/ RH/ Mutuelle etc... vous retrouverez au fil de l'eau les actualités de la  Mgefi également  sur le blog Mine d'Infos : http://pressentinelle2.blogspot.fr/


 

Rappel : Les responsables de la MGEFI - Mutuelle Générale de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, qui vient d'être certifiée ISO 9001 par l'AFNOR le mois dernier, sont à disposition des journalistes pour livrer leur regard, témoignage, ou expertise ... pour les sujets liés à la santé ou à la protection sociale.

 



La MGEFI en faits et chiffres

■ Créée le 13 septembre 2007.

■ En 2009, la MGEFI remporte l'appel public à la concurrence lancé par l'Administration de Bercy.

■ La MGEFI regroupe 280 000 adhérents et 360 000 personnes protégées.

■ 260 collaborateurs au service des adhérents.

■ Un réseau de 800 militants.

■ En 2012, la MGEFI rejoint le groupe Istya *

■ Certifiée ISO 9001: 2008 le 17 juillet 2013 AFNOR

www.mgefi.fr

 

 

Très bon week-end

Blog Mine d’Infos - Enquête lectorat

Moins de 5 minutes de votre temps: http://fr.surveymonkey.com/s/BWWSPNJ

C'est à lire : LA PREMIERE COLLECTION DE 10 CONTES FANTASTIQUES PERSONNALISEE AU PRENOM DE VOTRE ENFANT


Découvrez le premier Episode de la collection  des Contes de la petite Boutique de la rue d’en face !

 

LA SORCIÈRE DE LA RENTRÉE DES CLASSES


Aujourd’hui c’est la rentrée des classes, notre héros/héroïne va avoir du fil à retordre avec sa nouvelle maîtresse qui se trouve être une sorcière. Heureusement, il/elle va rencontrer la grosse vendeuse de la petite boutique de la rue d’en face qui a plus d’un tour dans son sac.

 

 

DÉJÀ PARU DANS LA COLLECTION


La sorcière de la rentrée des classes
Le croquemitaine du grenier
Le petit vampire du bac à sable
Le conte de Noël
La Petite Souris des dents


 La marionnettiste de Mardi gras
Le marchand de sable
L’anneau de Pâques
Le petit cirque de
la fête foraine
Les grandes vacances


 

En savoir plus
Pour voir la version en ligne cliquez ici
www.lescontesdelapetiteboutique.com

Contrat d'accès aux soins


La Mutualité Française, signataire de l’avenant n°8 à la convention médicale au sein de l’Unocam, se félicite que l'objectif de 33% de médecins signataires du contrat d’accès aux soins (CAS), parmi ceux qui sont éligibles soit atteint.

 

Le contrat d’accès aux soins est un outil devant contribuer à la maîtrise, dans un premier temps, à la diminution, à terme des dépassements d’honoraires des médecins.

 

L’Unocam s'est engagée à " inciter les organismes complémentaires d'assurance maladie, lorsque les garanties ou les contrats le prévoient, à prendre en charge de façon privilégiée les dépassements d'honoraires des médecins adhérant au CAS".


La Mutualité Française respectera intégralement ces engagements, mais refusera toute mesure qui contribuerait à légitimer les dépassements d'honoraires en généralisant leur prise en charge comme tentent de le faire certains syndicats médicaux.

 

 

A propos de la Mutualité Française

Présidée par Etienne Caniard, la Mutualité Française fédère la quasi-totalité des mutuelles santé en France, soit près de 500. Six Français sur dix sont protégés par une mutuelle de la Mutualité Française, soit près de 38 millions de personnes et quelque 18 millions d’adhérents.

 

Les mutuelles interviennent comme premier financeur des dépenses de santé après la Sécurité sociale. Ce sont des organismes à but non lucratif, des sociétés de personnes : elles ne versent pas de dividende. Régies par le code la Mutualité, elles ne pratiquent pas la sélection des risques.

 

Les mutuelles disposent également d’un réel savoir-faire médical et exercent une action de régulation des dépenses de santé et d’innovation sociale à travers près de 2 500 services de soins et d’accompagnement mutualistes : établissements hospitaliers, centres de santé médicaux, centres dentaires et d’optique, établissements pour la petite enfance, services aux personnes âgées et aux personnes en situation de handicap, etc. Pour accompagner leurs adhérents tout au long de leur vie pour tous leurs problèmes de santé, elles mettent à leur disposition Priorité Santé Mutualiste, le service d’information, d’aide à l’orientation et de soutien sur des questions de santé.

 

La Mutualité Française contribue aussi à la prévention et à la promotion de la santé à travers son réseau d’unions régionales et ses services de soins et d’accompagnement.

 
NDLR : MGEFI et Contrats accès aux soins
Foire aux questions pratiques                     

Campagne TV Corem


Le Corem revient à la télé cet automne.

 

La campagne Corem démarrera le vendredi 18 octobre et se terminera le 11 novembre. Les spots restent identiques à ceux du mois de février 2013.

Vous pouvez les visionner sur le site Corem.com à l’adresse suivante : http://www.corem.com/particuliers/actualites-corem.php
 
 
NDLR MGEFI et COREM

Corem                               
  • Nos partenaires                     
  • La Matmut ouvre un centre de santé en plein Paris



    News Assurances Pro

    Pour l'occasion, Daniel Havis, PDG du groupe Matmut était accompagné d'Etienne Caniard, président de la FNMF. L'activité “Livre III” de Matmut mutualité a été ...

    MGEFI : La qualité du service à l'adhérent certifiée AFNOR

     
    En savoir plus sur la MGEFI
    www.mgefi.fr
     

    La MGEFI fait sa pub !


     
     
     
    En savoir plus sur la MGEFI
    www.mgefi.fr
     
     

    La MGEFI fait sa pub !

     



    En savoir plus sur la MGEFI
    www.mgefi.fr

     

    Remise à Marisol Touraine du rapport sur les données de santé :

     

     
    Vers un accès ouvert et sécurisé aux données de santé
     
     
     

    Pierre-Louis Bras, inspecteur général des affaires sociales (IGAS), récemment nommé secrétaire général des ministères chargés des affaires sociales, a remis ce jeudi 3 octobre 2013 à Marisol Touraine, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, le rapport sur « la gouvernance et l’utilisation des données de santé » (en PJ). La ministre avait demandé en avril dernier des propositions pour mettre en place un dispositif d’accès et d’utilisation des bases de données médico-administratives, adapté aux besoins de santé publique et de sécurité sanitaire, dans des conditions fiables et sécurisées, respectant notamment le strict anonymat des patients.

    Le rapport remis ce jour s’inscrit dans le cadre plus général de la réflexion menée sur l’ouverture de l’accès aux données de santé :
    il complète ainsi le rapport sur la pharmaco-surveillance remis le 15 septembre à la ministre par les Professeurs Bégaud et Costagliola - qui recommandait la création d’une structure regroupant et analysant l’ensemble des données de santé sur l’utilisation des médicaments et produits de santé,
    et s’articule avec la mission « Open data » sur la politique d’ouverture des données publiques.
     

    A l’issue de la remise du rapport, et pour mettre en œuvre concrètement ses recommandations, Marisol Touraine demande à Franck Von Lennep, directeur de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), de diligenter :
    une expertise technique sur la sécurité des données concernant le risque de ré-identification des personnes à partir de données anonymes ;
    une analyse de faisabilité juridique et pratique des propositions sur le contrôle d’accès aux données d’une part et sur les modalités de gestion des bases de données ainsi constituées d’autre part.

    Lors de la présentation de la stratégie nationale de santé, Marisol Touraine a réaffirmé sa volonté de créer les conditions d’un accès plus ouvert, mais aussi sécurisé, aux données de santé. Ces dernières ne sont pas des informations comme les autres, leur protection étant notamment assurée par le secret médical. Dans le même temps, elles présentent un intérêt collectif important : pour que le grand public soit informé sur le système de santé, mais également pour que les autorités sanitaires, les chercheurs et les industriels puissent réaliser des études et suivre l’impact des comportements sanitaires en termes de santé publique. C’est à une ouverture maitrisée des données de santé qu’appelle ainsi le gouvernement.

    Rapport disponible auprès de : nansellsalles@mgefi.fr
     

    jeudi 3 octobre 2013

    MINE D'INFOS: Le virus de la bronchiolite vit jusqu’à 6 heures s...

    MINE D'INFOS: Le virus de la bronchiolite vit jusqu’à 6 heures s...: Le virus de la bronchiolite vit jusqu’à 6 heures sur les objets : Pour protéger les tout-petits, prenez vos précautions Se laver r...

    Le virus de la bronchiolite vit jusqu’à 6 heures sur les objets :


    Pour protéger les tout-petits, prenez vos précautions

    Se laver régulièrement les mains, ne pas tousser devant un bébé, porter un masque… De simples gestes de prévention permettent de préserver les tout-petits en réduisant les risques de bronchiolite. Pourtant, les gestes ne sont pas toujours bien connus et mis en pratique par les Français. Seulement 6 personnes sur 10 se lavent systématiquement les mains avant de s’occuper d’un nourrisson1. Très contagieux, les virus responsables de la bronchiolite affectent les bronches des bébés et peuvent être responsables de complications nécessitant une hospitalisation. A l’approche des premiers froids, l’Inpes rappelle les réflexes à avoir pour limiter les risques de transmission dans un livret d’information en ligne : « La bronchiolite ».

     

     

    Faire la chasse aux virus de la bronchiolite en adoptant les bons réflexes !

     

    Selon les résultats d’une enquête menée par l’Inpes en 2012, les Français ont plutôt conscience de la nécessité des gestes de prévention face aux virus de l’hiver : 79% d’entre eux déclarent adopter au moins une précaution vis à vis des infections respiratoires de l’hiver. Sachant que le virus de la bronchiolite vit jusqu’à 6 heures sur une surface inerte2 comme les jouets, tables, poignées de porte…il faut faire attention de ne pas échanger les effets personnels des différents enfants de la famille (biberons, couverts, etc.) et de les laver soigneusement. Les mains étant un moyen de transport idéal des virus, il est important de se les laver régulièrement et de se couvrir la bouche avec le coude quand on tousse. En période d’épidémie, quelques autres gestes simples sont à adopter. Si certains d’entre eux sont devenus pour la plupart des Français un réflexe, certains restent encore peu adoptés.

     

    Les gestes les plus adoptés par les Français pour diminuer les risques de transmission :

     

    Ne pas embrasser un bébé sur le visage ou sur les mains en cas de rhume et de toux. Même si deux tiers (67 %) des parents d’enfants de moins de 5 ans ne les embrassent jamais quand ils sont malades, 8% continuent à le faire souvent voire systématiquement.

     

    Se laver régulièrement les mains à l'eau et au savon pendant au moins trente secondes, particulièrement avant de s’occuper d’un bébé.

    Le lavage de mains arrive en tête des gestes de précaution pour protéger les enfants de moins de 2 ans spontanément cités : 22% des Français et 34 % des parents d’enfants de moins de 5 ans. Néanmoins, seulement 59% des Français se lavent systématiquement les mains avant de s’occuper des nourrissons. Par ailleurs, 37 % de l’ensemble de la population (29 % des parents) n’utilisent pas systématiquement le savon quand ils se lavent les mains à l’eau. Concernant les solutions hydro-alcooliques, elles se sont largement répandues (plus des trois quarts de la population en a déjà utilisées) ; elles sont plus plutôt utilisées à l’extérieur de la maison (51% déclarent les utiliser fréquemment à l’extérieur du domicile vs 33 % à l’intérieur).

     

    Des habitudes à améliorer …

     

    Eternuer et tousser en se couvrant la bouche avec le coude, le bras/la manche ou un mouchoir jetable. Quasiment tous les Français se couvrent la bouche en cas d’éternuement ou de toux (98%) principalement avec la main (48%) et plus rarement avec le coude (11%). Le réflexe de se couvrir la bouche avec le coude est plus fréquent chez les parents d’enfants de moins de 5 ans. Ils sont 19% à le faire.

     

    1 Etude Inpes / BVA – novembre 2012 – échantillon national représentatif de 1206 personnes dont 306 parents de moins de 5 ans.

    2 Kramer A, Schwebke I, Kampf G. How long do nosocomial pathogens persist on inanimate surfaces? A systematic review. BMC infectious

    diseases. 2006;6:130. Epub 2006/08/18.

    2

    Porter un masque chirurgical pour s’occuper d’un bébé (en vente en pharmacie).

    Peu de parents de jeunes enfants ont recours au masque pour éviter de contaminer leur entourage lorsqu’ils sont enrhumés ou grippés : ils sont 6 % à l’utiliser souvent ou systématiquement.

     

    Mis à part ces conseils d’hygiène, il est important d’éviter les visites de personnes malades (enrhumées, notamment) ou d’éviter de leur rendre visite avec un bébé. Il faut aussi éviter d’emmener un nourrisson dans des lieux publics où il risquerait d’être en contact avec des personnes malades (centres commerciaux, transports en commun…), surtout s’il a moins de 6 mois.

     

    S’il est indispensable d’adopter quelques gestes pour préserver son bébé des virus, il est aussi important de le laisser dans un environnement approprié : sain, non enfumé, aéré quotidiennement et maintenu à une température à 19 degrés.

     

    Parents, tout comprendre et tout savoir sur la bronchiolite

     

    Qu’est-ce que la bronchiolite ? Comment limiter les risques de transmission du virus ? Que faire si son bébé est malade ? Les parents se posent fréquemment des questions en période hivernale.

     
    Afin de répondre à leur inquiétude et leurs interrogations, l’Inpes met à leur disposition un livret d’information qui permet de faire le point sur la maladie : « La bronchiolite ». Ce livret est téléchargeable sur le site www.inpes.sante.fr. Il est mis gratuitement à disposition du grand public chez les médecins, pédiatres, kinésithérapeute, dans les crèches et à la CAF.



    NDLR : MGEFI et BRONCHIOLITE
     
     
     
     
    bronchiolite bb                               
  • Bronchiolite : campagne annuelle d'info nov-avril enfants 0-2 ans                               
  • Bronchiolite                     
  •