vendredi 18 octobre 2013

Dépendance : des entreprises se mobilisent avec Responsage

 

ASAP Solutions lance, avec le soutien de Danone et de Bayard,

la plateforme multimédia Responsage pour aider les salariés

confrontés à la dépendance de leurs proches âgés.

 

Paris, le 18 octobre 2013. La perte d’autonomie d’un proche âgé est un facteur de stress majeur pour les collaborateurs. Toutes les entreprises en font le constat aujourd’hui. Les statistiques sur le vieillissement de la population pointent l’aggravation prévisible de la situation. Conscients de ce problème, Danone et Bayard ont participé fin 2012, aux côtés d’experts reconnus de la gérontologie et de la RSE (Responsabilité sociale des entreprises)*, à la création de la start up ASAP Solutions et de Responsage, sa plateforme d’information, d’orientation et de conseil autour de la dépendance d’un proche âgé.

 

Initiée en mai 2013 chez les deux actionnaires, la phase pilote vient de se terminer. Elle montre que cette initiative, unique en France, répond aux besoins des utilisateurs. Responsage a d’autre part reçu un accueil très positif des pouvoirs publics : la plateforme est en phase avec l’esprit du futur projet de loi Autonomie (anticipation, adaptation, accompagnement) lequel devrait être prêt en 2013 pour discussion au premier semestre 2014.

 

La dépendance, un problème de société grandissant, qui affecte directement les entreprises

 

Aujourd’hui, 4,3 millions de Français soutiennent un proche dépendant en assurant une présence ou en s'occupant de l'organisation des soins. Les employeurs sont concernés : 10 à 14% des salariés accompagnent un proche dépendant (1). 8 salariés aidants sur dix (soit 1,3 million de salariés) ont modifié leurs horaires de travail, et plus d’1 sur 3 ont réduit leur nombre d’heures (2).

 

 

Avec l’allongement de la durée de vie, c’est un véritable changement de société qui s’annonce : le nombre de personnes âgées de 85 ans et plus sera multiplié par près de 4 en 40 ans passant de 1,4 à 4,8 millions d’ici à 2050.

 

Responsage, une initiative d’entreprises pour les employeurs qui se mobilisent pour aider leurs collaborateurs concernés par l’accompagnement d’un proche dépendant

 

Les entreprises qui se penchent depuis nombre d’années sur les problématiques de santé au travail constatent l’acuité du problème. Pour les salariés, il y a urgence : fatigue, stress, moindre implication dans la vie professionnelle, temps libre réduit... Près de 40 % de ceux qui aident une personne lourdement dépendante se disent déprimés (3).

 

 

Pour aider leurs salariés à s’orienter sur ce sujet complexe, Danone et Bayard ont décidé de devenir actionnaires à hauteur de 49 % dans ASAP Solutions, l’entreprise qui porte la marque Responsage, et ce aux côtés d’experts de la gérontologie et de la RSE*, qui détiennent 51% des actions.

 

La plateforme est en cours de déploiement dans les deux entreprises actionnaires et chez d’autres clients. Tous les employeurs, publics ou privés, peuvent adhérer : la cotisation annuelle moyenne s’élève à 15 euros HT par salarié ayant droit.

 

(1) Malakoff Médéric - 2012

(2) Haut Conseil de la famille – 2011

(3) Etude Dress 2012 : Aider un proche âgé à domicile : la charge ressentie 2

 

 

Responsage, un service personnalisé et des réponses de proximité sur toutes les questions relatives à la dépendance

 

La plateforme multimédia Responsage répond à toutes les questions que peuvent se poser les salariés aidants. Elle informe, oriente et apporte des solutions concrètes qui soulagent les collaborateurs. Elle présente de nombreux atouts pour les entreprises abonnées :

 

- L’éventail des services proposés est vaste : les questions peuvent porter sur l’évaluation des besoins, une recherche d’hébergement (maison de retraite, court séjour de répit…), d’aide à domicile, d’équipements pour le domicile, sur les modes de financement, les aspects juridiques…

 

- Le suivi du salarié est personnalisé : contrairement à un site Internet, la plateforme mise sur une relation humanisée. Ainsi le salarié appelle un numéro (gratuit depuis un poste fixe) et présente sa situation à un interlocuteur unique. Celui-ci analyse la situation, qualifie la problématique que le salarié doit résoudre et ouvre un dossier personnel. Le conseiller élabore ensuite une réponse appropriée et la transmet au salarié par téléphone, puis par courriel dans les 72 heures. Un suivi est opéré à échéance régulière et la prestation est systématiquement évaluée.

 

- Une couverture nationale : que le salarié ou son proche soit à Paris ou en région, Responsage apporte des réponses géo localisées.

 

- Des conditions d’achat préférentielles pour les produits et services liés à la dépendance des personnes âgées : Responsage négocie des avantages pour les salariés.

 

Responsage respecte une stricte éthique. Les données confiées par les salariés sont confidentielles, elles ne sont ni transmises à l’entreprise, ni cédées ni vendues.

 

Responsage entend également faire oeuvre de prévention : elle aide les salariés à anticiper l’aggravation de la dépendance. Elle peut sensibiliser et former les managers pour qu’ils prennent mieux en compte les contraintes des salariés dans l’organisation de leur travail.

 

Responsage se positionne comme un pont entre les salariés et l’offre de services et de produits existants autour de la dépendance. Sa raison d’être est d’orienter et accompagner les salariés aidants, et d’apporter une réponse aux entreprises sur ce qui est devenu un problème de société.

 

 

Très innovante, la plateforme a reçu l’agrément du pôle de compétitivité mondial Finance Innovation en juin 2013.

 

§ *Joël Riou, président d’ASAP Solutions, est âgé de 48 ans. Il dirige une société de presse et de salons professionnels, Associés en Edition. Cette société édite notamment le mensuel professionnel Géroscopie pour les décideurs en gérontologie. La rencontre avec Bayard sur un projet éditorial lui permet de lancer l’aventure ASAP Solutions. Joël Riou est diplômé de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint Cyr, de l’IHEDN (64) et du MBA d’HEC.

 

§ *Jean-Renaud d’Elissagaray de Jaurgain, directeur général d’ASAP Solutions, a 54 ans. Il a occupé des fonctions de manager et consultant en stratégie (Bain & Cie). Il a été directeur général adjoint de Vigeo, directeur du développement de PhiTrust, directeur associé de Asp entreprises, directeur de GPS Santé, puis directeur associé de Bien@work/GPS Santé. Jean-Renaud d’Elissagaray est diplômé d’un MBA/MPPM Yale University et de l’ESC Reims.

 

 ________________________________________________________________________________________________________

 

Contact

 ASAP – Solutions / Responsage : 18, rue Barbès – 92120 Montrouge

www.responsage.com

MINE D'INFOS: ondes électromagnétiques

MINE D'INFOS: ondes électromagnétiques: Le Gouvernement salue la publication des travaux de l’ANSES   sur les effets sanitaires des ondes électromagnétiques et poursuit ses...

MINE D'INFOS: ondes électromagnétiques

MINE D'INFOS: ondes électromagnétiques: Le Gouvernement salue la publication des travaux de l’ANSES   sur les effets sanitaires des ondes électromagnétiques et poursuit ses...

MINE D'INFOS: ondes électromagnétiques

MINE D'INFOS: ondes électromagnétiques: Le Gouvernement salue la publication des travaux de l’ANSES   sur les effets sanitaires des ondes électromagnétiques et poursuit ses...

MINE D'INFOS: ondes électromagnétiques

MINE D'INFOS: ondes électromagnétiques: Le Gouvernement salue la publication des travaux de l’ANSES   sur les effets sanitaires des ondes électromagnétiques et poursuit ses...

MINE D'INFOS: ondes électromagnétiques

MINE D'INFOS: ondes électromagnétiques: Le Gouvernement salue la publication des travaux de l’ANSES   sur les effets sanitaires des ondes électromagnétiques et poursuit ses...

MINE D'INFOS: ondes électromagnétiques

MINE D'INFOS: ondes électromagnétiques: Le Gouvernement salue la publication des travaux de l’ANSES   sur les effets sanitaires des ondes électromagnétiques et poursuit ses...

MINE D'INFOS: Un PLFSS déconnecté de la Stratégie nationale de s...

MINE D'INFOS: Un PLFSS déconnecté de la Stratégie nationale de s...: Le financement d’actions de prévention : une priorité pour 83% des usagers A première vue le projet de loi de financement de la sécurité so...

Un PLFSS déconnecté de la Stratégie nationale de santé

Le financement d’actions de prévention : une priorité pour 83% des usagers

A première vue le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 ne comporte pas de disposition pesant directement sur les usagers. Cependant, on se rend vite compte qu’il prévoit des contributions détournées comme le financement d’une nouvelle franchise, le « forfait médecin traitant » par une taxe sur les complémentaires qui sera inévitablement répercutée sur les cotisations.

Plus globalement, nous regrettons qu’il soit si timide face à de nombreux enjeux prioritaires pourtant bien identifiés dans la récente communication publique sur la stratégie nationale de santé.

Prévention : une priorité absente dans les financements Pourtant 83% des Français[1] pensent que le financement d’actions de prévention doit être une priorité pour l’Assurance maladie, rejoignant les récentes déclarations de la ministre de la santé qui fait de la prévention le premier pilier de la future stratégie nationale de santé. Ce sont des engagements auxquels les associations d’usagers sont particulièrement sensibles et qu’elles auraient souhaité voir traduits dans le PLFSS pour 2014 sans attendre la future loi de santé publique.

La très vive attente de nos concitoyens sur l’accès aux soins Des dispositions laissant espérer une plus juste utilisation des ressources investies dans la santé sont plébiscitées :

- 73% des sondés pensent que le gouvernement devrait agir contre les dépassements d’honoraires à l’hôpital public (24% en mettant fin à cette pratique et 49% en l’encadrant mieux) ;

- 79% de sondés estiment que les complémentaires santé doivent avoir un rôle pour encadrer les tarifs des dépenses de santé qu’elles remboursent (dépassements d’honoraires, prothèses dentaires, lunettes), dont 50% « tout à fait d’accord » avec cette proposition.

Comme on le voit, la préoccupation de nos concitoyens sur le coût de la santé devient pour eux une priorité. D’ailleurs, la généralisation du tiers-payant chez le médecin est une mesure bien perçue pour 73% d’entre eux dans la perspective de faciliter l’accès aux soins pour tous.
Le troisième pilier sans le sou

Dans sa communication du 23 septembre dernier, le gouvernement a élevé la démocratie sanitaire au rang de troisième pilier de la stratégie nationale de santé. Mais, il n’y a strictement rien dans le projet de loi pour répondre au défi du financement de l’organisation et de la coordination de la représentation des usagers.

Il est temps de passer à un financement plus mature de cette représentation. Le CISS reprendra donc devant le parlement son plaidoyer sur la création d’un fonds dédié pour la participation des usagers aux processus de démocratie sanitaire. Avec un financement aujourd’hui de 0, 0011 % du budget de l’assurance maladie, c’est un troisième pilier bien fragile !

Des interrogations persistantes

Soucieux de l’accès à des soins de qualité pour tous, nous adressons aux Parlementaires des propositions d’amendements portant notamment sur les points suivants :

- Remplacement de l’Aide à l’acquisition d’une complémentaire santé par une CMU-c payante, pour simplifier le dispositif et étendre le nombre de bénéficiaires de la couverture complémentaire de bon niveau que constitue la CMU-c.

- Encaissement des honoraires des praticiens exerçant en libéral à l’hôpital afin de mieux réguler leur activité.

- Permettre aux salariés travaillant à temps très réduit d’accéder à un droit effectif aux indemnités journalières en cas d’arrêt maladie.

En outre, au nom de la sécurité sanitaire et de l’égalité d’accès aux traitements, nous nous montrerons particulièrement vigilants dans les semaines à venir sur les articles 38 et 39 du PLFSS pour 2014 qui traitent des médicaments biosimilaires et de l’accès à l’innovation dans le cadre des autorisations temporaires d’utilisation.

L’ensemble des dispositifs proposés et les exposés de leurs motifs sont disponibles sur le site du CISS : www.leciss.org/publications-documentation/enquetes-tribunes-plaidoyers-du-ciss

[1] Sondage Viavoice pour le CISS, interviews réalisées par téléphone du 2 au 4 octobre 2013 auprès d’un échantillon de 1013 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.


ADMD - AFD - AFH - AFM - AFPric - AFVS - AIDES - Alliance du Cœur - Alliance Maladies Rares - ANDAR
APF - Autisme France - AVIAM - Epilepsie France - Familles Rurales - FFAAIR - FNAIR - FNAPSY - FNAR - FNATH - France Alzheimer
France Parkinson - FSF - Générations Mouvement - La CSF - Le LIEN - Ligue Contre le Cancer - Médecins du Monde
SOS Hépatites - Transhépate - UAFLMV - UNAF - UNAFAM - UNAFTC - UNAPEI - UNISEP - UNRPA - Vaincre la Mucoviscidose - VMEH

ondes électromagnétiques



Le Gouvernement salue la publication des travaux de l’ANSES

 sur les effets sanitaires des ondes électromagnétiques

et poursuit ses travaux sur le sujet


Le Gouvernement avait demandé à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), à l’issue de la conférence environnementale de 2012, de mettre à jour son expertise de 2009 sur les effets sanitaires des radiofréquences. L’ANSES publie ce jour ce nouveau rapport, qui porte sur l’analyse détaillée de plus de 300 publications scientifiques nouvelles.

Marisol TOURAINE, ministre des affaires sociales et de la santé, Philippe MARTIN, ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, et Fleur PELLERIN, ministre déléguée auprès du ministre du redressement productif chargée des petites et moyennes entreprises, de l’innovation et de l’économie numérique en ont pris connaissance. Ces travaux viennent enrichir les apports du précédent rapport de 2009. Ils constituent également une mise à niveau significative pour les travaux du Gouvernement sur ce sujet.

Les ministres relèvent ainsi que l'analyse des études les plus récentes met en avant la prépondérance des enjeux liés à l’exposition aux terminaux mobiles. Cette analyse confirme les attitudes d’attention et de protection recommandées par le Gouvernement en matière d’exposition aux champs électromagnétiques, et notamment en matière d’utilisation des téléphones portables. En particulier, les ministres prennent acte des recommandations de l'ANSES et souhaitent rappeler que l'ANSES identifie des mesures simples qui peuvent être mises en oeuvre afin de limiter l’exposition individuelle aux ondes, notamment pour les publics les plus jeunes, enfants et jeunes adolescents :
- l'usage modéré du téléphone ;

- l'utilisation des kits oreillettes mains-libres et de terminaux ou autres équipements dont le débit d’absorption spécifique (DAS) est le plus faible.



Le Gouvernement continuera à travailler sur les réponses à apporter en matière de renforcement de l’information du public et des mesures de prévention quant à l'utilisation des téléphones mobiles sur la base des préconisations du rapport de l’ANSES, tel que la généralisation de l’affichage du niveau d’exposition maximal pour tous les dispositifs émetteurs de champs électromagnétiques utilisés près du corps (tablettes etc.).

L'exposition aux ondes électromagnétiques issues des antennes de téléphonie constitue une source de préoccupation, notamment pour les riverains. À cet égard, le Gouvernement rappelle que le Premier ministre a confié à Messieurs Jean-François GIRARD, conseiller d’État, et Philippe TOURTELIER, ancien député, une mission en matière de sobriété des ondes électromagnétiques. Cette mission, qui s'appuiera sur les travaux du comité chargé d’expérimenter des baisses de l’exposition aux ondes générées par les antennes-relais (COPIC) récemment remis à Philippe MARTIN et Fleur PELLERIN et sur ce rapport de l'ANSES, vise à répondre aux enjeux d'une nécessaire modération en matière d’émission électromagnétique. Elle rendra ses conclusions dans le courant du mois de novembre 2013. Le Gouvernement rappelle également que le COPIC, à la suite de la démarche initiée sous la présidence de François BROTTES dans le cadre du « Grenelle des ondes » a fourni des résultats particulièrement intéressants.

Les ministres souhaitent que le travail mené par l'ANSES puisse se poursuivre, notamment au regard du nombre important d'études et de travaux menés sur le sujet des effets des ondes électromagnétiques et de l'évolution rapide des usages et des consommations en matière de services mobiles. Le Gouvernement a pour cela veillé à maintenir le fonds de 2 millions d’euros par an dont dispose l’ANSES pour des appels à projets de recherche consacrés aux risques associés aux ondes électromagnétiques.
 



 

Le Forum Maladies rares à trouvé son slogan


« Partageons pour être plus forts ! »

le slogan du Forum maladies rares

choisi par les internautes

 

 

Le Forum maladies rares fête son premier anniversaire. A cette occasion, les internautes ont été invités à proposer le slogan de ce service qui offre des communautés en ligne à toutes les personnes touchées par une maladie rare. Du 5 septembre au 10 octobre, de nombreuses propositions ont été reçues et Maladies Rares Info Services en a sélectionné une.

 

Le slogan retenu : les fondamentaux en quelques mots

 

Le choix du slogan parmi les nombreuses propositions a été difficile. Plusieurs d’entre elles sont originales et restituent bien les caractéristiques du Forum : témoigner, échanger des informations, se soutenir mutuellement, rompre l’isolement… afin de faire face ensemble à la maladie.

 

Le slogan retenu présente trois principaux avantages :

 

ü Il rend bien compte de l’essence même du Forum : partager des informations, des témoignages et des expériences.

 

ü La finalité du Forum est également mise en valeur : les personnes touchées par la maladie sont plus fortes en étant rassemblées dans une communauté en ligne, en disposant d’informations supplémentaires, en se soutenant les unes les autres…

 

ü Ce slogan a l’intérêt d’être synthétique tout en soulignant les fondamentaux du service.

 

Tous les internautes ayant participé à l’opération ont été informés en avant première du choix de ce slogan. Son auteur n’a pas souhaité communiquer son adresse électronique et n’a pu être contacté afin de présenter son propre parcours face à la maladie.

 

Le Forum maladies rares : un service unique, une aide précieuse

 

Le Forum maladies rares a rencontré son public, avec un nombre croissant de nouveaux inscrits. Les témoignages sur l’utilité et l’intérêt de ce service sont nombreux. Lancé en octobre 2012, ce nouveau service rencontre un franc succès : 53 pathologies, 8 thèmes généraux et 153 sujets sont proposés suite aux demandes des internautes. Plus de 500 personnes sont déjà inscrites et ce sont 12 000 pages qui sont consultées chaque mois.

 

Le Forum maladies rares est un espace communautaire en ligne où les personnes malades et leurs proches peuvent témoigner, partager leur expérience, échanger des informations et rompre leur isolement. Il est structuré autour de noms de maladies rares ou de thèmes transversaux : l’isolement, l’absence de diagnostic, l’insertion scolaire ou professionnelle... Il favorise ainsi les passerelles entre pathologies sur des problématiques communes qu’elles soient médicales, sociétales, psychologiques ou financières.

 

La consultation des messages est en accès libre. Pour participer aux échanges et poster des messages, il suffit que l’internaute s’inscrive. Pour cela, il doit accepter la Charte du Forum, qui en fixe les règles de fonctionnement.

 

La modération du Forum est assurée par l’équipe de professionnels de Maladies Rares Info Services, spécialisés dans les maladies rares. Il présente toutes les garanties de sécurité et a fait l’objet d’une déclaration à la CNIL (n°1663344v0).

 

Maladies Rares Info Services : le service d’information et de soutien de référence

 

Le service d’information et de soutien

 

Maladies Rares Info Services propose le service d’information et de soutien dédié aux maladies rares et à leurs nombreuses problématiques. Il permet aux personnes malades et à leurs proches d’être écoutés et de poser leurs questions à l’équipe de professionnels de Maladies Rares Info Services. Une réponse claire et adaptée à la situation de chaque personne est donnée par téléphone, courrier électronique ou ch@t.

 

Le « réseau social patients » maladies rares

 

Il s’articule autour du Forum maladies rares, de la page Facebook, du fil Twitter et du site internet de Maladies Rares Info Services. Ces communautés en ligne sont autant d’espaces de partage d’information et d’expérience pour toutes les personnes touchées par une maladie rare. Elles contribuent également à rompre l’isolement des personnes concernées par la maladie.

 

Maladies Rares Info Services

 

Le deuxième Plan national maladies rares (2011-2014) reconnaît Maladies Rares Info Services comme « une structure d’information de référence ». C’est le premier service d’information en santé en France à être certifié conforme à une norme qualité (ISO 9001). L’équipe est constituée de professionnels spécialistes des maladies rares et aux compétences médicales et scientifiques. Leur activité est exclusivement dédiée à Maladies Rares Info Services.

 

Maladies Rares Info Services a un statut d’association. Elle est soutenue en 2013 par l’Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé (INPES), l’AFM-Téléthon et le Ministère de la Santé.

 

Pour contacter Maladies Rares Info Services

 

L’ensemble de ces services est accessible au 01 56 53 81 36 (appel non surtaxé, inclus dans les forfaits) et sur le site internet : http://www.maladiesraresinfo.org,


 

 

MINE D'INFOS: A la Une cette semaine sur le blog Mine d'Infos

MINE D'INFOS: A la Une cette semaine sur le blog Mine d'Infos: Mine d'infos a franchi la barre des   112 232 visites aujourd'hui   HIT DES PAGES LES PLUS LUES DE L...

A la Une cette semaine sur le blog Mine d'Infos


Mine d'infos a franchi la barre des
 
112 232
visites aujourd'hui
 
HIT DES PAGES LES PLUS LUES DE LA SEMAINE:
Cette dépêche est la 3 000ème publiée sur le blog Mine d’Infos
 
Si vous aussi êtes sur twitter, je vous propose de rester en contact sur la toile : @pressentinelle2
 
En dehors des infos santé/ protection sociale/ RH/ Mutuelle etc... vous retrouverez au fil de l'eau les actualités de la  Mgefi également  sur le blog Mine d'Infos : http://pressentinelle2.blogspot.fr/


 
Rappel : Les responsables de la MGEFI - Mutuelle Générale de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, qui vient d'être certifiée ISO 9001 par l'AFNOR le mois dernier, sont à disposition des journalistes pour livrer leur regard, témoignage, ou expertise ... pour les sujets liés à la santé ou à la protection sociale.
 

 
 
La MGEFI en faits et chiffres
■ Créée le 13 septembre 2007.
■ En 2009, la MGEFI remporte l'appel public à la concurrence lancé par l'Administration de Bercy.
■ La MGEFI regroupe 280 000 adhérents et 360 000 personnes protégées.
■ 260 collaborateurs au service des adhérents.
■ Un réseau de 800 militants.
■ En 2012, la MGEFI rejoint le groupe Istya *
■ Certifiée ISO 9001: 2008 le 17 juillet 2013 AFNOR
www.mgefi.fr
 
 
Très bon week-end
Blog Mine d’Infos - Enquête lectorat
Moins de 5 minutes de votre temps: http://fr.surveymonkey.com/s/BWWSPNJ
 

MINE D'INFOS: Adhérents MGEFI cette information vous concerne .....

MINE D'INFOS: Adhérents MGEFI cette information vous concerne .....:     En savoir plus sur la MGEFI www.mgefi.fr

Adhérents MGEFI cette information vous concerne ....

 
 

En savoir plus sur la MGEFI
www.mgefi.fr

 

J -18 « Santé, prévoyance, retraite : une protection sociale à reconquérir Quelle place pour l’entreprise ? » 4 novembre 2013 Maison des associations de solidarité


En partenariat avec

 

 

MGEFI, SMI, APGIS, COVEA

 

Miroir Social


Vous invite au colloque
Santé, prévoyance, retraite : une protection sociale à reconquérir
Quel rôle pour l’entreprise ?


Lundi 4 novembre 2013
Maison des associations de solidarité
10/18 rue des terres au curé - 75013 Paris

 

Programme :

9h-9h15 Ouverture par Daniel Benamouzig, chercheur en sociologie au CNRS-Sciences Po et coordinateur du rapport de Terra Nova "Réinventons notre système de santé"

9h15-10h30 Réinventer les principes de la mutualisation de la protection sociale entre :
les âges;
les niveaux de salaire;
les catégories familiales;
les catégories professionnelles;
les tailles d’entreprise,...

Avec

Serge Brichet, président de la Mgefi
Bertrand Da Ros, directeur général de la mutuelle SMI
Corinne Prayez, directeur général de l'Apgis

Pause



10h45-12h15 Quelle place à la négociation dans l'entreprise, dans les branches ?


Quelle est la place de la protection sociale dans la rémunération globale ? Est-ce sa place ?

Quel développement des formules individualisées au travers des sur-complémentaires et des retraites supplémentaires ? Sont-elles les futurs socles de la protection sociale de demain ?
En quoi les démarches de prévention des acteurs de la protection sociale peuvent-elles contribuer à la qualité de vie au travail ?

Avec


Bruno Serizay, avocat associé chez Capstan
Serge Lavagna, secrétaire national CFE-CGC
Brigitte Jumel, secrétaire générale de l'Union des Fédérations CFDT des fonctions publiques et assimilés
Philippe Pihet, secrétaire confédéral FO
Eric Aubin, secrétaire national de la CGT (sous réserve)
Patrick Poizat, secrétaire général adjoint confédéral CFTC
Denis Falcimagne, Entreprise & Personnel


12h15-12h30 Synthèse des partenaires

 

12h30 Cocktail déjeunatoire

 

Participation gratuite - Inscription obligatoire /Demande de renseignements : redaction@miroirsocial.com

 

Coup de projecteur sur la participation de la MGEFI au colloque

 


Comment réinventer les principes de la mutualisation de la protection sociale ?


 Une problématique depuis toujours au cœur même des préoccupations de la Mutuelle Générale de l’Economie, des Finances et de l’Industrie.
Serge Brichet, Pdt. de la MGEFI, apportera l’éclairage « spécifique » d’une mutuelle de la Fonction publique et présentera la stratégie mise en place au sein de sa propre organisation, lors du colloque « Santé, prévoyance, retraite : une protection sociale à reconquérir Quelle place pour l’entreprise ? » organisé par Miroir Social le 4 novembre prochain à la Maison des associations de solidarité.

Contact presse MGEFI:

Nora Ansell-Salles

nansellsalles@mgefi.fr / 06 70 74 15 42 


La MGEFI en faits et chiffres
■ Créée le 13 septembre 2007.
■ En 2009, la MGEFI remporte l'appel public à la concurrence lancé par l'Administration de Bercy.
■ La MGEFI regroupe 280 000 adhérents et 360 000 personnes protégées.
■ 260 collaborateurs au service des adhérents.
■ Un réseau de 800 militants.
■ En 2012, la MGEFI rejoint le groupe Istya *
■ Certifiée ISO 9001: 2008 le 17 juillet 2013 AFNOR
www.mgefi.fr