vendredi 20 février 2015

MINE D'INFOS: OPÉRATION « MAINS PROPRES » sur le MÉDICAMENT

MINE D'INFOS: OPÉRATION « MAINS PROPRES » sur le MÉDICAMENT:   Sous l’égide de Michèle RIVASI, députée européenne Commission Santé, et Serge Rader, pharmacien lanceur d’alerte Opération soutenu...

MINE D'INFOS: Table Ronde : Création d'une Association Filière o...

MINE D'INFOS: Table Ronde : Création d'une Association Filière o...

MINE D'INFOS: L'amiante +++

MINE D'INFOS: L'amiante +++: Information L’amiante : le point en 2014 par Michel AUBIER et autres communications Communications Bilan et perspect...

L'amiante +++


Information
L’amiante : le point en 2014 par Michel AUBIER et autres communications





Communications
Bilan et perspective d’un suivi à long terme de deux cohortes de salariés fortement exposés à l’amiante et proposition d’un dépistage actif du cancer bronchique par Alain CHAMOUX (Clermont Université, Université Clermont 1, UFR Médecine, Institut de Médecine du travail - Service Santé Travail Environnement, Clermont-Ferrand)
Il existe en France des programmes organisés de dépistage actif et systématique en population générale des cancers du sein, du colon et du col de l’utérus. Les cancers professionnels ne bénéficient pas de tels dispositifs mais d’un suivi médical dit post-professionnel laissé à l’initiative des anciens salariés. Nous rapportons l’expérience d’un suivi organisé en collaboration avec les associations de « victimes » et l’assurance maladie. Le suivi à long terme avec une périodicité de deux ans de 324 salariés directement et fortement exposés à l’amiante confirme le risque élevé de survenue de cancer broncho-pulmonaire, de mésothéliome et d’asbestose avec pour cette dernière une évolution qui peut être rapide. La découverte précoce de trois cancers bronchopulmonaires pose la question de l’intérêt pour le patient d’un dépistage systématique annuel ou biannuel. Alors que les nouvelles techniques d’imagerie médicale permettent de réduire d’un facteur 8 l’irradiation sans altérer notablement la capacité diagnostique, le bénéfice médical apporté par la surveillance annuelle par scanner chez les grands fumeurs est en faveur d’un programme de détection précoce des cancers broncho-pulmonaires. Il convient de mieux définir la population cible susceptible de prétendre à un tel dépistage (fumeur actif, ancien fumeur, porteur de plaques pleurales). Les découvertes fortuites de plus en plus fréquentes d’affections pulmonaires ou d’anomalies pleurales en dehors des populations identifiées à risque sont également à prendre en considération. C’est pourquoi les modalités de dépistage pour les salariés confrontés à des expositions indirectes ou discontinues devraient être réévaluées (un seul examen tomodensitométrique à l’âge de 60 ans ou lors du départ à la retraite pour toutes les professions concernées). Sur ces données, il paraît indispensable de réviser les recommandations HAS 2010 de surveillance post-professionnelle des salariés exposés à l’amiante et notamment s’ils présentent des plaques pleurales. La mise en place d’un dispositif organisé paraît tout-à-fait justifiée.

L’émergence du virus Ebola chez l’homme : un long processus pas totalement élucidé par Éric LEROY (Directeur Général du Centre International de Recherches Médicales de Franceville (CIRMF) au Gabon.  eric.leroy@ird.fr)
Le virus Ebola cause régulièrement depuis 1976 des petites épidémies meurtrières généralement maitrisées en quelques mois. Alors que seule l’Afrique Centrale en avait été victime jusqu’alors, une épidémie à virus Ebola d’une ampleur extraordinaire embrase dramatiquement plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest depuis le mois de décembre 2013 principalement en raison des défaillances majeures dans la mise en œuvre des mesures visant à empêcher les transmissions interhumaines du virus. Après une période d’incubation d’environ une semaine, la maladie se manifeste par l’apparition soudaine d’une forte fièvre aboutissant in fine à des hémorragies multiples puis à la défaillance généralisée des organes. Plusieurs espèces de chauves-souris seraient les principaux réservoirs du virus Ebola. La contamination de l’homme se produirait soit directement auprès des chauves-souris, largement consommées par les populations locales, soit par l’intermédiaire d’espèces animales sensibles au virus, telles que les chimpanzés et les gorilles.
À côté de ce « cycle naturel », un « cycle épidémique » impliquant des espèces animales domestiques vivant dans les villages tels que les chiens ou les porcs, tend désormais à être sérieusement avancée. Ainsi, en fonction des animaux impliqués et de la forme clinique des infections développées, les modalités de la contamination de l’homme peuvent être multiples et sont donc encore largement méconnues. Dans un tel contexte, tous les efforts qui pourront être déployés pour percer le mystère de l’émergence du virus Ebola chez l’homme et clarifier les modalités de la transmission du virus, permettront peut-être de prédire voire d’anticiper l’apparition des épidémies. L’objectif de cette revue est de dresser un état des lieux exhaustif de l’écologie du virus Ebola et de mettre en lumière les évènements qui gouvernent la transmission du virus à l’homme tout en précisant les points encore nombreux qui demeurent non élucidés.

Information
Quelles attentes peut-on avoir aujourd’hui de la pharmacothérapie des troubles liés à l’usage d’alcool ? par Jean ADÈS (Psychiatrie Addictologie, Hôpital Louis Mourier, Colombes)
Au cours des dernières années, de nombreuses molécules ont été proposées dans le traitement des troubles liés à l’usage d’alcool. À côté de médicaments déjà classiques, tel l’acamprosate ou la naltrexone, de nouvelles molécules (nalméfène), ou des molécules déjà anciennes mais proposées dans cette nouvelle indication (baclofène) sont disponibles, soit comme traitement de substitution de l’alcool, indiquées quand une abstinence totale est proposée au patient, soit comme traitement réducteur du « craving » facilitant le retour à une consommation contrôlée ou le maintien d’une abstinence déjà obtenue. Malgré l’engouement très médiatisé pour le baclofène, dont les effets en fonction des doses seront précisés par les résultats de deux études contrôlées en cours, les médicaments ne sont qu’un des éléments de la prise en charge du trouble complexe bio-psycho-social qu’est l’alcoolo-dépendance. Diverses formes de psychothérapies demeurent indispensables dont les médicaments proposés peuvent être un appoint utile.

Chronique historique
Apports des travaux de Louis Desliens à l’exploration cardiaque moderne. Résultats du cathétérisme cardiaque chez le cheval Gérard BRAGANTI (Cardiologue, Luxeuil-Les-Bains)
En 1916, Louis Desliens, praticien vétérinaire dépose à l’Académie des Sciences une description d’un nouveau moyen d’exploration du système cardiovasculaire : le cathétérisme percutané. En 1935, il publie les résultats de trente ans d’explorations en hémodynamique pour l’essentiel chez le cheval : physiologie, physiopathologie et pharmacodynamique. Le texte envisage le caractère très précurseur de ces études.


Table Ronde : Création d'une Association Filière optique d'excellence

Et si on parlait de la complémentaire santé des séniors ? #RDVsolidaire

MINE D'INFOS: COUP DE PROJECTEUR SUR LA SANTÉ DE PIEDS

MINE D'INFOS: COUP DE PROJECTEUR SUR LA SANTÉ DE PIEDS: COUP DE PROJECTEUR SUR LA SANTÉ DE PIEDS   Amusez-vous à l'aide du lien http://www.cyber3d.fr/mine2/ à découvrir l'image en 3D ...

COUP DE PROJECTEUR SUR LA SANTÉ DE PIEDS

COUP DE PROJECTEUR SUR LA SANTÉ DE PIEDS  Amusez-vous à l'aide du lien http://www.cyber3d.fr/mine2/ à découvrir l'image en 3D


ARTHROSE ? LE PEDICURE-PODOLOGUE A UN RÔLE DANS LE PARCOURS DE SOINS DU PATIENT 

L’ (ONPP) est le garant de la qualité des soins, des compétences et de la déontologie des pédicures-podologues. Ces praticiens ont un rôle majeur dans la prévention, le diagnostic et le traitement de nombreuses pathologies du pied, des plus bénignes aux plus sévères.

Dans le cas de l’arthrose, le pédicure-podologue peut intervenir dès lors qu’il y a eu un diagnostic médical de la pathologie. Son rôle mérite d’être mieux porté à la connaissance, non seulement des autres professionnels de santé avec lesquels il est amené à collaborer dans le cadre d’une prise en charge globale de l’arthrose, mais également auprès des patients dont il peut avoir la libre réception.

En témoigne l’implication de l’Ordre National des Pédicures-Podologues au sein des États Généraux de l’Arthrose, organisés en 2014-2015 : les pédicures-podologues sont intégrés aux tables rondes régionales, et font partie des experts directement impliqués dans la prise en charge de l’arthrose pour évaluer l’intérêt d’un parcours de soins pluridisciplinaires et émettre les recommandations nécessaires pour le mettre en œuvre.

L’arthrose, une pathologie aux conséquences sous-estimées
L’arthrose est une maladie fréquente qui affecte 10 millions de Français dont la moitié seulement serait traitée. Première cause d’incapacité fonctionnelle pour les personnes de plus de 40 ans, cette affection provoque une dégénérescence du cartilage et des excroissances osseuses responsables de fortes douleurs.

Identifier les manifestations d’origine arthrosique
Il s’agit probablement d’arthrose si les douleurs ressenties au niveau ou autour d’une articulation :
sont déclenchées ou aggravées par le mouvement,
diminuent au repos de l’articulation,
réapparaissent à la sollicitation de l’articulation,
sont moins importantes le matin que le soir,
causent une diminution de la mobilité apportant une gêne fonctionnelle.

L’âge, la ménopause, d’autres maladies rhumatismales et la génétique sont les principaux facteurs de risques de l’arthrose. Mais la survenue ou l’aggravation de la maladie peut être due à des facteurs mécaniques tels que des traumatismes importants, des microtraumatismes répétés, des anomalies d’orientation ou de forme d’articulations, les défauts de l’anatomie et de la mécanique des membres inférieurs, ou bien le surpoids. 2



Le rôle du pédicure-podologue dans les douleurs arthrosiques des membres inférieurs ? 


Le pédicure-podologue a un rôle important lors de la prise en charge de l’arthrose des membres inférieurs.

La consultation de ce professionnel de santé1 peut être :
1 NB : actuellement, les consultations chez le pédicure-podologue ne sont pas remboursées
- soit proposée par le médecin traitant dans le cadre d’une prise en charge globale et pluridisciplinaire de la maladie déjà diagnostiquée chez son patient,
- soit directement et sans prescription si le patient estime souffrir d’arthrose.

Dans les deux cas, le pédicure-podologue apporte son avis podologique et ses recommandations qu’il transmet au médecin traitant du patient, le seul pouvant établir le diagnostic définitif.

A/ Descriptif d’une consultation type

Le pédicure-podologue procède à un Interrogatoire
motif de la consultation
gênes dans la vie privée ou au travail
type, localisation et circonstances d’apparition de la douleur, ancienneté des douleurs
la profession actuelle ou précédente,
les positions dans la pratique professionnelle (ergonomie de travail),
le type de chaussage,
les hobbies et les sports pratiqués,
les traitements déjà réalisés…

Le pédicure-podologue procède à différents examens
Différents moyens techniques peuvent être utilisés tels que :
le goniomètre (pour mesurer des angles et définir l’amplitude articulaire),
la plateforme stabilométrique (pour mesurer l’équilibre postural et l’énergie utilisée pour le conserver),
la piste de marche électronique,
l’enregistrement vidéo…

Un examen en position allongée (en décharge)
Le patient est allongé sur une table d’examen. Le pédicure-podologue identifie les articulations douloureuses et non douloureuses en contrôlant l’amplitude de mouvement et leurs orientations clinques.

Un examen debout en statique
L’examen du corps entier permet de repérer les anomalies anatomiques telles qu’une déviation du rachis, une bascule de bassin, un défaut des rotations fémorales et tibiales, des défauts d’orientation des pieds, des troubles et déformations des avant-pieds,…

Un examen en dynamique
Cet examen est nécessaire pour constater les défauts mécaniques de l’appareil locomoteur constitué des pieds, des membres inférieurs et même du haut du corps (indispensable à l’équilibre lors d’une marche ou d’une course). Les défauts constatés peuvent participer ou aggraver les douleurs et la gêne fonctionnelle. 3

Une évaluation du ressenti personnel
Pour permettre une comparaison avec des examens ultérieurs, le pédicure-podologue évalue la douleur ressentie (avec une Echelle Visuelle Analogique) par le patient et l’interroge sur les répercussions socio-professionnelles de sa maladie, grâce à des questionnaires-types de qualité de vie.

B/ Les solutions apportées par le pédicure-podologue
Suite à l’examen, le pédicure-podologue donne son avis sur les causes mécaniques pouvant être responsables de l’apparition ou de l’aggravation de l’arthrose des membres inférieurs.

En prévention primaire (avant l’arrivée des douleurs)
Suite à l’interrogatoire portant sur les gestes professionnels répétitifs et à l’examen attentif de la marche et de la statique, le pédicure-podologue peut déceler une mauvaise position de travail, un mauvais chaussage, un sport inadapté à l’anatomie du patient, une anomalie de travail articulaire, etc. Il conseille alors chaque patient sur son chaussage, les pratiques sportives adaptées et propose éventuellement un traitement orthétique.

En prévention secondaire (pendant les douleurs)
Le pédicure-podologue cherche à limiter les « crises » provoquées par la maladie quand celle-ci a commencé. Il aide son patient à conserver une vie quotidienne habituelle par des conseils et une aide orthétique. Le pédicure-podologue peut communiquer son avis podologique au médecin du travail, particulièrement dans le cas d’anomalies fonctionnelles ou statiques identifiées.

En phase post-chirurgicale
Suite à une correction chirurgicale, le pédicure-podologue participe à la stabilisation d’un pied grâce à une orthèse plantaire, que ce soit en période de rééducation ou à plus long terme.

« Pour chaque patient, nous conservons tous les éléments de l’examen dans un dossier. Ainsi, nous pouvons établir une communication avec les autres intervenants professionnels de santé, mais aussi suivre et ajuster le traitement par orthèses en comparant l’évolution des douleurs, de la gêne fonctionnelle et des répercussions socio-professionnelles. »
Pierre Niemczysnki, pédicure-podologue

En savoir plus sur les orthèses plantaires
Grâce à sa formation, le pédicure-podologue est le spécialiste de la réalisation d’orthèses fonctionnelles.

Cet acte thérapeutique n’est pas anodin. Il permet de contrôler la fonction du système musculo-squelettique de l’appareil locomoteur et de la posture. Les orthèses plantaires ont pour effet de corriger les mouvements pathologiques qui peuvent s’accentuer dans le temps par les gestes professionnels ou la pratique de sports.

Ces orthèses plantaires permettent une économie articulaire par une stabilisation de la posture. En effet, elles font travailler les articulations uniquement dans le milieu de leur capacité de mouvement, tout en diminuant la charge. 4





Implication de l’ordre national des pédicures-podologues au sein des états généraux de l’arthrose, organisés en 2014 - 2015.




Le collectif « Alliance Nationale Contre l’Arthrose » a été récemment créé pour sensibiliser le grand public et les professionnels de santé afin que l’arthrose soit mieux prise en compte. L’Ordre National des Pédicures-Podologues (ONPP) est partie prenante de cette Alliance pour expliquer le rôle des pédicures-podologues dans la prise en charge de l’arthrose des membres inférieurs. L’ONPP participe activement aux Etats Généraux de l’Arthrose organisés dans les territoires. La prochaine table ronde a lieu à Reims le 10 février 2015 sur le thème « Vie quotidienne ».

Organisés sous forme de tables rondes régionales, les Etats Généraux fédèrent les experts directement impliqués dans le traitement de l’arthrose pour évaluer l’intérêt d’une prise en charge pluridisciplinaire et émettre les recommandations nécessaires pour sa mise en œuvre.

(Toutes les actions de l’Alliance Nationale Contre l’Arthrose sont détaillées sur www.stop-arthrose.org/alliance-nationale-contre-larthrose)

A l’issue d’une journée de travail avec des professionnels engagés et des patients, une soirée de conférence d’information sur l’arthrose est ouverte au grand public de 18h à 19h30. En effet, la présence de celui-ci et plus particulièrement de toutes celles et ceux souffrant d’arthrose est essentielle pour faire entendre leur voix et faire avancer la compréhension de cette pathologie. La Conférence du 10 février se déroule à l’Auditorium Médiathèque Jean Falala – 2 rue des Fuseliers – 51100 Reims.

Composition du collectif :
L’AFLAR : Association Française de Lutte Anti- Rhumatismale
L’Association Française pour la Recherche Thermale
Le Cespharm
La Société Française de Médecine Physique et de Réadaptation
L’Ordre des masseurs-kinésithérapeutes
Le collège français des enseignants universitaires de médecine physique et de réadaptation
Le Collège Français des Médecins Rhumatologues
France Rhumatismes
Le Conseil National des Exploitants Thermaux
L’Ordre National des Pédicures-Podologues
La Société Française de Rhumatologie
La Société Française de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique
Le Syndicat National des Médecins Rhumatologues
L’Institut UPSA de la Douleur


Références bibliographiques:

q Les 25 recommandations mondiales (2008) de l’OARSI (Osteoarthritis Research Society International) pour la bonne gestion des ressources thérapeutiques dans l’arthrose du genou (gonarthrose) et de hanche (coxarthrose) : 9. « Chez le gonarthrosique, des semelles orthopédiques peuvent réduire la douleur et améliorer la marche. »

q Conclusions de la Société Française de Rhumatologie (2008)(enquête avec références d’études) : « La prescription d’orthèses plantaires pourrait avoir un intérêt dans la prise en charge symptomatique de la gonarthrose »
q Lettre HS n°11 de l’Observatoire du mouvement : efficacité sur la douleur.

q Comparison of the efficacy of laterally wedged insoles and bespoke unloader knee orthoses in treating medial compartment knee osteoarthritis. (étude Iranienne de 2012; PubMed)

L’amélioration concerne la douleur, l’amplitude de mouvement, la longueur de pas, la vitesse de marche.