vendredi 20 mars 2015

MINE D'INFOS: La dénutrition peut tuer plus que la maladie elle-...

MINE D'INFOS: La dénutrition peut tuer plus que la maladie elle-...: A l'hôpital, La dénutrition peut tuer plus que la maladie elle-même ! Un malade dénutri a 4 fois plus de risques d...

La dénutrition peut tuer plus que la maladie elle-même !



A l'hôpital,



La dénutrition peut tuer plus que la maladie elle-même !



Un malade dénutri a 4 fois plus de risques de faire une complication infectieuse qu’un malade normo-nutri,  / 10 à 20 % des malades atteints de cancer meurent des conséquences de leur dénutrition, pas de leur cancer /  La dénutrition majore le coût d’une hospitalisation de plus de 1 000 €.

Plus de quinze ans après la publication du rapport des professeurs B. Guy-Grand et C. Ricour, et malgré la création des Comités de Liaison Alimentation Nutrition (CLAN) dans tous les établissements de Santé*, la dénutrition reste encore trop fréquente à l’hôpital, faute d'une prise en charge suffisante

30 à 60 % des patients hospitalisés sont dénutris, en particulier en gériatrie, en oncologie, en chirurgie et dans la plupart des spécialités médicales (pneumologie, gastro-entérologie, réanimation...) : chez l’enfant, elle est objectivée par une cassure de la courbe de croissance. On estime qu'elle affecte 15% à 30% des enfants hospitalisés / Chez les personnes âgées hospitalisées en long séjour, la prévalence de la dénutrition est de 65 % / Chez les malades atteints de cancer, elle est en moyenne de 50 % mais très variable (de 67 % dans le cancer du pancréas à moins de 10 % dans celui du sein) et elle est majorée par les traitements (chimiothérapie, radiothérapie) dont elle diminue la tolérance.

La dénutrition est un facteur de surcoûts hospitaliers importants qui pourraient être évités :

moins de complications (en particulier infectieuses) / une hospitalisation moins longue / un moindre taux de mortalité indépendant de la maladie initiale.



    La dénutrition,

dont les causes et les conséquences en termes de morbi-mortalité sont  symétriques à celles de

 l'obésité,

mérite également une vraie politique de santé publique



dépister le risque  -  évaluer sa sévérité  -  identifier les patients à risque de complications en rapport avec la dénutrition  -  Assurer le suivi de l’efficacité de la renutrition



Ne plus considérer la nutrition comme un élément  secondaire de la prise en charge thérapeutique

L'état nutritionnel des patients hospitalisés n'est toujours pas assez pris en compte : sur les 30 à 40%  présentant un certain degré de dénutrition à l'admission, seul un faible pourcentage est diagnostiqué et alimenté de façon adéquate.

En outre, les besoins métaboliques des patients ne sont pas suffisamment connus, de sorte que les repas ne sont pas adaptés au goût et à l'appétit de ceux à qui ils sont destinés, qui de fait ne les consomment pas. Pour optimiser l’offre alimentaire, il faut donc développer le contenu des formations initiales médicales et paramédicales. Or, aujourd'hui, des formations continues existent, mais elles ne sont pas obligatoires.

Sur le plan médical, utiliser des méthodes plus sensibles et plus spécifiques.

Si la place des différentes techniques de renutrition (compléments nutritionnels oraux, nutrition parentérale, nutrition entérale) est bien définie, les besoins quantitatifs et surtout qualitatifs en nutriments restent imprécis avec des recommandations parfois même contradictoires. Pourtant, par exemple, la nutrition parentérale chez les grands prématurés est absolument vitale.

Du point de vue économique, valoriser la dénutrition dans le codage de la T2A, au lieu que ce soit un manque à gagner pour les établissements de santé, alors que la détection des troubles nutritionnels figure parmi les quatre items sur lesquels les hôpitaux sont jugés et notés selon les indicateurs IPAQSS (indicateurs pour l’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins) de la Haute Autorité de Santé (HAS). Ainsi, le Département d’Informatique Médicale de l’Hôpital Cochin (AP-HP, Paris) a estimé que le codage correct de la dénutrition représentait trois millions d’euros par an.



*Dès 1995, les Prs Bernard Guy-Grand et Claude Ricour alors respectivement chef du service nutrition de l'Hôtel-Dieu (AP-HP) et chef du service de gastroentérologie et nutrition à Necker-Enfants malades (AP-HP), constatent que l’alimentation est secondaire dans la prise en charge du malade. Or, une bonne nutrition est indispensable à la guérison, à la cicatrisation et à la lutte contre les infections. En 2002,  les CLAN - Comités de liaison alimentation et nutrition – réunissent enfin dans des structures hospitalières transversales les professionnels concernés par l’alimentation et la nutrition clinique pour améliorer l’état nutritionnel des patients et sensibiliser les  professionnels de santé aux formations et aux procédures.




MINE D'INFOS: Best-of de la semaine

MINE D'INFOS: Best-of de la semaine: 378 089 visites HIT DES PAGES LES PLUS LUES DE LA SEMAINE: Les Français, la santé et les objets Thierry Bea...

MINE D'INFOS: #Alerte info : délais d’inscription sur les listes...

MINE D'INFOS: #Alerte info : délais d’inscription sur les listes...: FOCUS Réouverture exceptionnelle des délais d’inscription sur les listes électorales Proposition de loi déposée : n° 2619 ...

#Alerte info : délais d’inscription sur les listes électorales

FOCUS
Réouverture exceptionnelle des délais d’inscription sur les listes électorales



Proposition de loi déposée : n° 2619
Rapporteure du texte : Mme Élisabeth Pochon (SRC, Seine-Saint-Denis)
Texte de la commission des lois venant en discussion en séance : n° 2665-A0
[Ce document est extrait du site Internet de l’Assemblée : « www.assemblee-nationale.fr »]

Cette proposition de loi, déposée par M. Bruno Le Roux et les membres du groupe socialiste, républicain et citoyen le 4 mars 2015, sera examinée par l’Assemblée nationale le 30 mars 2015.

Le Gouvernement a engagé la procédure accélérée sur cette proposition de loi le 9 mars 2015.

Le texte de la proposition de loi visant à la réouverture exceptionnelle des délais d’inscription sur les listes électorales, son exposé des motifs, sa présentation et d’autres éléments d’information sont consultables sur le site internet de l’Assemblée nationale :
Rapport d’information sur les modalités d’inscription sur les listes électorales :
Principale disposition de la proposition de loi :
Article 1er
Révision exceptionnelle des listes électorales en 2015 ; les demandes d’inscription sont recevables jusqu’au 30 septembre 2015.

TRAVAUX DE LA COMMISSION DES LOIS
Adoption en première lecture de cette proposition de loi le 18 mars 2015
Rapport n° 2665 de Mme Élisabeth Pochon (SRC, Seine-Saint-Denis)
La commission a adopté un amendement rédactionnel de la rapporteure. La discussion de cette proposition de loi porte, en séance publique, sur le texte adopté par la commission (n° 2665-A0).
Voir le compte rendu n° 54 de la commission
________________________________________________________________
Ce message, ainsi que les pièces jointes, sont établis, sous la
seule responsabilité de l'expéditeur, à l'intention exclusive
de ses destinataires ; ils peuvent contenir des informations
confidentielles. Toute publication, utilisation ou diffusion
doit être autorisée préalablement.
Ce message a fait l'objet d'un traitement anti-virus.
Il est rappelé que tout message électronique est susceptible
d'altération au cours de son acheminement sur Internet.
________________________________________________________________
Vous pouvez consulter le site de l'Assemblée nationale à
l'adresse suivante : http://www.assemblee-nationale.fr

#CIMA2015

FIL INFOS #CIMA2O15 1er Congrès International des Acteurs de l’Accompagnement des personnes, enfants et adultes, se retrouvant en situation de fragilité : handicap, dépendance, maladie ou encore détresse sociale.


L'accompagnement est un enjeu de société dans lequel sont impliqués, des moyens humains - les acteurs professionnels et plus généralement les aidants - et des moyens institutionnels - les nouvelles technologies, la recherche et l'innovation, la prévention et la promotion de la santé, les politiques publiques-.
Ce Congrès est l'occasion de faire connaitre et d'échanger sur les bonnes pratiques d'accompagnement à travers le monde.
 

Une enquête sur les aidants familiaux « Les besoins en accompagnement des familles avec un enfant porteur de handicap », réalisée auprès de 761 familles à l’initiative de l’Agence Régionale de Santé du Limousin par l’ORS, Observatoire Régional de Santé et le CREAHI, Centre Régional d’Etudes et d’Actions pour les Handicaps et Inadaptations en Limousin sera présentées au Congrès.
Cette enquête est disponible sur demande.

En savoir plus : http://www.calameo.com/books/0031526243122e5e62c2a
 

Contact
Anne Bellion
Responsable du service de presse Ligne directe : 01 45 63 95 20 
Capital Image
45 rue de Courcelles - 75008 Paris
Téléphone : 01 45 63 19 00 - Fax : 01 45 63 19 20
www.capitalimage.net - www.acteursdesante.fr
Suivez-nous @CapitalimageFr

Personne, de nos jours, ne peut se déclarer en bonne santé, s’il n’est pas en bonne santé buccodentaire

 
L’UFSBD rappelle que « Personne, de nos jours, ne peut se déclarer en bonne santé, s’il n’est pas en bonne santé buccodentaire ». Cette dernière est accessible à tous, dès lors que les bons comportements d’hygiène sont acquis dès le plus jeune âge et maintenus tout au long de la vie, et que la visite annuelle chez le dentiste est inscrite au cœur même du parcours santé de chacun. 

POUR NE PAS PERDRE LE FIL : 


 
Plus on renonce aux soins, plus on a besoin de soins, et ceux-ci deviennent alors de plus en plus onéreux, et sont de moins en moins bien remboursés… L’UFSBD est convaincue, depuis sa création, que la clef pour sortir de ce cercle vicieux reste l a Prévention : une prévention bien organisée, systématisée et partagée par tous.

Clichés, stéréotypes, lieux communs… retour en chiffres sur quelques idées reçues qui restent à combattre et qui conditionnent pourtant le succès ou l’échec de toute politique de prévention en matière bucco-dentaire.
Cliquez sur l'image pour lire la suite
Véronique GARDON
Délégué Général
01 44 90 72 83
UFSBD
Union Française Pour la Santé Bucco-Dentaire
7 rue Mariotte - 75017 Paris

Message de Michaëlle Jean pour la Journée internationale de la Francophonie

MINE D'INFOS: 2e Rencontres "Anticiper l'Avenir" : Etat des lieu...

MINE D'INFOS: 2e Rencontres "Anticiper l'Avenir" : Etat des lieu...: RETOUR SUR : La 2e Rencontres "Anticiper l'Avenir" : Etat des lieux de l'innovation en santé numérique. MGEFI   ...

2e Rencontres "Anticiper l'Avenir" : Etat des lieux de l'innovation en santé numérique

RETOUR SUR :
La 2e Rencontres "Anticiper l'Avenir" : Etat des lieux de l'innovation en santé numérique.
MGEFI  était présente et à participé aux échanges

Fondation de l'Avenir : Accélérateur de progrès médical L'écho de la Fondation
Site de la Fondation Abonnez-vous Envoyez à un ami devenez partenaire Faites un don
2e Rencontres "Anticiper l'Avenir" : Etat des lieux de l'innovation en santé numérique

Les mardi 17 et mercredi 18 mars, les Rencontres "Anticiper l'Avenir", organisées par le GHMF et la Fondation de l’Avenir, ont été introduites par Etienne Caniard, président de la Mutualité Française. Animées conjointement par Michel Couhert, directeur du GHMF et Michel Sirven, directeur général délégué de la Fondation de l'Avenir devant plus de 100 directeurs d’établissements hospitaliers, elles ont été l’occasion de dresser l’état des lieux de l'innovation en santé numérique, en couvrant un large pan des interrogations en matière d’e-santé grâce à différents intervenants :
<!--[if !supportLists]-->· Le Professeur Etienne Minvielle de l'Ecole des Hautes Etudes en Santé Public, a présenté un premier bilan sur la santé numérique, appuyé sur les conclusions de sa récente étude co-rédigée avec le Professeur Hervé Dumez, directeur de recherche à l'Ecole Polytechnique.
<!--[if !supportLists]-->· Jean-Jacques Monteil, administrateur du GHMF et conseiller à l'hospitalisation de la Matmut, et Jean-François Lemoine, vice-président du directoire de la Fondation de l'Avenir et conseiller à la présidence d'Harmonie Mutuelle, ont retracé le passage de l’informatique hospitalière à l’hôpital numérique, en partageant leurs témoignages vivants sur le sujet.
<!--[if !supportLists]-->· Issu du monde mutualiste, le Docteur Pierre Espinoza, coordinateur du réseau Télégéria et praticien hospitalier à l'Hôpital Européen Georges-Pompidou, a exposé la mise en place d'une solution de télémédecine en milieu rural à partir d'un EHPAD situé en Côtes d’Armor.
<!--[if !supportLists]-->· Jawad Hajjam, directeur délégué du développement du CENTICH, a continué la réflexion sur la Télésanté avec ses travaux menés sur du matériel médical connecté en cardiologie.
<!--[if !supportLists]-->· Stéphane Nicolau, directeur de recherche spécialisée en réalité augmentée à l'IRCAD, a développé Les répercussions de l’imagerie numérique 3D sur la chirurgie de l’avenir.
<!--[if !supportLists]-->· Alexandre Templier, co-fondateur et co-dirigeant de la société QUINTEN, s’est interrogé les retombées potentielles de la santé numérique sur la recherche clinique, avec l’arrivée de données digitales de plus en plus complexes et nombreuses.
<!--[if !supportLists]-->· Enfin, Ali Benmakhlouf, professeur de philosophie à l'Université de Paris Est Créteil et membre du Comité Consultatif National d'Ethique, a synthétisé les questionnements de la journée en ajoutant une réflexion humaniste sur la santé de demain.
Dominique Letourneau, président du directoire de la Fondation de l'Avenir, a conclu cette deuxième édition des "Rencontres de l'Avenir", inscrivant cette conférence dans la durée et en donnant rendez-vous en 2016 pour une nouvelle assemblée.
Nb: Ces Rencontres intervenant après le séminaire du 3 mars organisé par la FNMF sur la Santé Connectée, se sont appuyées sur les apports de deux études commanditées par la Fondation de l'Avenir. Ces dernières sont à consulter sur le site de la Fondation.



AGENDA
Journées de l'Avenir 2015
Les JDA se dérouleront cette année du 3 avril au 5 mai 2015




Contactez-nous
Archives
Se désabonner
Mentions